Toutes mes réponses sur les forums

10 sujets de 31 à 40 (sur un total de 44)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : Anne, Marie Clément #2852

    Ghislaine VANDERICK
    Participant

    Bonjour Michel

    Je ne trouve pas grand chose dans mes papiers si ce n’est que Nicolas Lejeune dans son acte de décès à Jumet en 1793 est dit âgé de 82 ans et époux de Anne Marie Clément. Je n’ai pas le décès de cette épouse mais il faudrait relire les actes de décès de cette période.

    en réponse à : Guilde des charrons à Braine-le-Comte. Jean MERCIER #2816

    Ghislaine VANDERICK
    Participant

    Bonjour
    Si vous interrogez la banque des données des AGR, par recherche de « Braine-le-comte » dans « Archives », il y a pas mal d’items concernant l’ancien régime.
    Personnellement je ne peux pas vous aider. Peut-être interroger les archivistes de Mons. Je sais qu’il y a eu un petit musée d’histoire annexé à l’hôtel de ville de Braine-le-Comte. et un historien local a été en relation avec monsieur Niebes des Archives de Mons.

    en réponse à : Date de décès de Florent BERNARD #2784

    Ghislaine VANDERICK
    Participant

    D’accord pour 1596
    Bonne journée
    Ghislaine

    en réponse à : Michaux ( ou Michot ?) région Leval-Trahegnies #2777

    Ghislaine VANDERICK
    Participant

    Erreur de manipulation. J’achève … advenu à Raymond après sa naissance, déménagement ou autre.

    en réponse à : Michaux ( ou Michot ?) région Leval-Trahegnies #2776

    Ghislaine VANDERICK
    Participant

    Bonjour monsieur Waroux

    Bien trouvé la naissance le 15.8.1902 à Leval-Trahegnies de Raymond Marcoux, fils de Vital, houilleur âgé de 24 ans et de Charlotte de Baise âgée de 23 ans.
    Pas de naissance en 1900 de Aline Michaux à Leval-Trahegnies.

    A la section de Charleroi, les tables électorales de Leval-Trahegnies portent sur les années 1976/1978 et 1986 donc beaucoup trop tardives.
    A la section de Mons, sauf erreur de ma part, il n’y a pas de listes électorales.
    Aux archives de Mons, dans un ancien inventaire, il n’y en a pas non plus mais je sais que ces archives viennent d’être réorganisées, donc peut-être y-a-t-il eu des ajouts.

    Si vous connaissiez le lieu et la date d’Aline Michaux, cela pourrait débloquer l’affaire.
    Ou bien, voir avec la commune pour qu’il consulte le registre de population de l’année 1902 mais ce sera payant. A côté de la famille Marcoux, ils peuventvoir ce qui est advenu à Raymond a

    en réponse à : Origine des lieux comprenant le mot "patard" #2714

    Ghislaine VANDERICK
    Participant

    Je transmets ici la réponse de Jean Letroye
    Patard, il s’agit d’une pièce de monnaie des pays bas espagnols. Le dernier patard à Baisy Thy était le dernier endroit où il existait une “barrrière“ payante pour utiliser la route qui venait de Bruxelles vers Charleroi. C’était la dernière barrière où il fallait sortir une pièce de sa poche, de là l’expression dernier patard.
    Voir aussi la barrière de Saint Gilles sur la même route, mais il y en avait d’autres..
    L’utilisation de certaines chaussées était payante pour en amortir le prix de construction. Le tarif variait suivant qu’il s’agissait d’un attelage à 1, 2 chevaux ou plus.
    Une autre barrière fut installée, par la suite, aux 4 Bras, lors de la construction de la route vers Nivelles en 1776. Les gardes barrières occupaient le logement situé au centre de la photo, à droite de la route qui part vers Nivelles.
    A droite on va vers Bruxelles et à gauche vers Charleroi.
    Vers 1930, 1940, cette maisonnette était toujours appelée “la maison des gardes“
    J’essaierai de mettre la photo dès que possible
    Ghislaine

    en réponse à : VANDERICK à Roux Courcelles #2702

    Ghislaine VANDERICK
    Participant

    Ils sont bien dans ma généalogie Vanderick
    Ghislaine

    en réponse à : Recherche de familles à jumeaux contemporaines dans Hainaut belge #2701

    Ghislaine VANDERICK
    Participant

    Peut-être pourriez-vous mettre votre demande à la commune même (petite affiche, folders) ou dans les commerces ou chez les médecins ou dans un journal localTout le monde n’a pas internet
    Ghislaine


    Ghislaine VANDERICK
    Participant

    Bonjour monsieur Derinne

    Je n’ai pas d’éléments probants pour répondre à votre question mais je pense que vous pouvez garder l’ascendance que vous décriviez en notant « à confirmer ». C’est ce que je ferais.
    J’ai consulté hier à notre section de Marcinelle, un livre écrit par l’abbé Soupart en 1984 : Matériaux pour servir à l’histoire de la paroisse et des familles d’Estinnes-au-al.
    Il indique que les archives de la Cure avaient plusieurs documents extraits des Greffes scabinaux dont il donne des résumés. J’y ait repéré :
    – 14.5.1761 : Marie-Augustine, Thérèse et Lucien Lachapelle, enfants de Joseph et Blanchard. Joseph xx Marie-Joseph Moutiez de Spiennes. Il s’agit certainement d’un acte de fourmorture à l’occasion du second mariage. A noter que dans les registres de bp, Marie et Augustine sont deux enfants distincts. Sans doute ici il y a une mauvaise lecture du greffe.

    Dans une édition de 1985, l’abbé Soupart note quelques faits divers mais sans noter ses sources. Page 49 :
    En 1758, Lucie Lachapelle, fille adultérine de Joseph Lachapelle, homme marié, et de Marie-Thérèse Wattiaux, de Rouveroy. laquelle dans les douleurs de l’enfantement a déposé sous serment en présence de la sage-femme et de deux échevins du lieu, a été transportée ici par ceux-là mêmes avant d’avoir été ondoyée, et baptisée par moi le curé le 14.11.1758. La marraine fut Marie Joseph Splingart. Les mêmes personnes ont alors transporté la petite fille à la maison de l’épouse de Joseph Lachapelle qui était absent, étant domestique du meunier d’Harmignies. Signé E. Rouneau, curé d’Estinnes. Lucie est morte le 23.12.1758.

    D’après l’abbé soupart, il s’agit de notes laissées par le curé Rouneau dans les registres paroissiaux.
    Bonne journée
    Ghislaine Vanderick


    Ghislaine VANDERICK
    Participant

    Bonjour

    Vendredi lors de notre réunion à Marcinelle, je regarder dans les fiches laissées par un de nos anciens membres Lachapelle.
    Sinon, il y a des actes de notaires curés de Thuin aux Archives de Mons de même que de nombreux notaires mais je ne les ai pas analyser.
    Je reviendrai vers vous fin de semaine
    Ghislaine

10 sujets de 31 à 40 (sur un total de 44)