Toutes mes réponses sur les forums

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : Guildelmius, Guildelmi ou Guildelmus #3110

    Frédéric FAUX
    Participant

    Ils sont fous ces romains.

    Merci Claude.

    en réponse à : Gilly et les terrils #2815

    Frédéric FAUX
    Participant

    Ahhh… Claude… Je revenais sur le forum pour le signaler.

    Après, que tu as écrit que le notaire écrit ses « terre » autrement, j’avais été aussi voir dans le lexique Godefroi et j’ai aussi accroché au mot « tonnil », mais je n’ai pas poursuivi dans cette voie car une tonlieu, je pensais que c’était une taxe que devaient payer les habitants d’un bourg pour avoir le droit de vendre à l’étalage. Et, là, en mangeant, je me fais la même réflexion que toi à propos des frontières et, en fait, d’après Wikpédia, la Tonlieu « c’est aussi un péage sur les marchandises transportées prélevé lors du passage d’un fleuve (pont, bac) ou aux portes de certaines villes ».

    Et oui, donc, il y avait fort probablement un péage sur le chemin de Montigny (actuelle chaussée de Montignies) dans les environs du croisement de la sente et du chemin-limite. N’oublions pas qu’en plus d’être une frontière entre Gilly et Montignies, ce chemin marque une frontière entre le Comté de Namur (Gilly) et la Principauté de Liège (Montignies).

    Quels terribles échanges… Merci.

    en réponse à : Gilly et les terrils #2813

    Frédéric FAUX
    Participant

    Voici la Carte deroeck envoyée par Claude.

    Oui, Claude, il faut revenir à la première idée comme tu dis.

    En fait, j’ai trouvé cet après-midi : sur Google, le chemin dont je parle (dont on parle dans le texte de 1689 et qui fait la limite entre Montignies et Gilly) est encore presque entièrement visible sur les photos satellites de Google.

    Il commence au Warmonceau, se poursuit par la rue de la Limite et par le sentier de la Limite. Ce sentier est interrompu à la rue du Moulin/rue Petite Aise. Mais dans le prolongement du sentier de la Limite, il y a encore moyen de voir que certaines maisons ont leur façade dans le prolongement du sentier.

    Le chemin disparaît sous la chaussée Impériale, la rue des Combles (sans doute appelée ainsi, car elle comble le rieu) et la N90. Mais elle reprend à la rue Baudin et termine en cul-de-sac pour les voitures (je l’ai trouvée grâce à ton plan de 1934), Par contre, sur les photos de satellite on voit qu’il se poursuit par un très fin sentier à travers les champs et reprend plus loin sous le nom de sentier Baudin jusqu’à la chaussée de Montignies qui sur la carte de 1787 s’appelle « Chemin de Montignies ».

    Et, à ce croisement, ou devait se trouver les terres de Jean Faux décrites dans le texte de 1689 dans le Lambot et Close, il y a … un terril et – bravo Lysiane Ruelle – un cimetière. Bon, peut-être que le cimetière et/ou le terril n’étaient pas encore là et qu’on ne sait toujours pas trop ce qui est écrit dans l’acte, mais je suis content d’avoir pu localiser l’endroit sur un carte moderne.

    Maintenant, ça met en danger une hypothèse que j’ai émise à propos d’un autre ancêtre, mais, ça, c’est une autre histoire (que je dois vérifier dans le bouquin des rues et sentiers de Gilly).

    Merci Claude… Je suis impatient de te montrer tout ça à la prochaine réunion ou permanence, cartes en mains.

    en réponse à : Gilly et les terrils #2808

    Frédéric FAUX
    Participant

    Bonjour,

    Maintenant, j’ai un gros doute et, sans doute, toute une théorie s’effondre.

    En fait, cela fait assez longtemps que j’ai clairement identifié l’endroit où des ancêtres avaient des terres à Gilly. C’est illustré sur cette carte qui date de 1786 (le petit cercle bleu à gauche). L’endroit est décrit dans le Lambot et Close p.312 à travers un texte de 1689 avec le nom d’un ancêtre avec le bénéfice Notre Dame et le rieu de Villers et tout le toutim et peut sans problème être mis en comparaison avec le testament dont je parle au début de notre conversation (les noms des voisins concordent avec le testament). Les terres de mes ancêtre Faux se trouvent du côté de Gilly.

    Maintenant, dans le livre de Robert Colard, « Gilly, ses chemins et lieux dits, Gilly », cercle d’histoire de Gilly, 2004, p. 392. (que j’ai emprunté il y a quelques mois à la bibliothèque rue Mascau) il est dit que le Warmonceau est un chemin qui marque la frontière entre Gilly et Montignies. Mais peut-être ais-je mal compris et que ce Warmonceau ne marquerait que la frontière au dessus du Genson et pas sur la totalité de la limite entre les deux villages (ce qui infirme une théorie très séduisante mais trop longue à expliquer ici). Il faudrait que je puisse relire le livre de la bibliothèque le mois prochain.

    Pourtant dans les cartes « récentes » (1936, 1980 et Google) la rue Warmonceau et rue DU Warmonceau (dans la carte de 1930) ne forment que la frontière entre le Nord de Charleroi et Gilly. Et pas Montignies et Gilly. C’est entre autre pour cela que je me demandais si se fameux « Terril » dans l’acte étaint lieu dit du Warmonceau ou non.

    J’espère que c’est clair… Sinon, Claude, on se revoit et ou en discute au local, cartes et bouquins en mains.

    PS1 : applejuice.be est un serveur personnel sur lequel, j’ai placé les images pour le montrer ici. C’est tout ce que j’ai trouvé comme solution pour le moment. Un hébergement gratuit risque d’effacer les images s’il n’y a pas assez de trafic et on va avoir un forum sans images.
    PS2 : si quelqu’un veut, j’ai le scan de la carte en plus « lourd et, donc, plus net et sans le petit cercle bleu. Il suffit de me le demander.

    en réponse à : Gilly et les terrils #2806

    Frédéric FAUX
    Participant

    Ici, je mets les liens qui concernent les images que Claude Verset m’a envoyées par e-mail :

    Carte de 1934 (première réplique)

    Carte de 1985 (seconde réplique)

    Ah , c’est vrai qu’il y a aussi le Yernaux sur Montignies… Merci Lysianne. J’ai le bouquin.

    Je faisais juste que passer déposer les images de Claude. Je regarde tout ça demain, après une bonne nuit de sommeil. 😉

    en réponse à : Gilly et les terrils #2803

    Frédéric FAUX
    Participant

    Merci beaucoup Claude.

    Ton témoignage vaut de l’or.

    Merci aussi pour ton plan, il y avait, visiblement beaucoup de terrils autours de la limite entre Gilly et Montignies.

    J’ai un plan de 1773 et les activités houillères n’y sont pas indiquées. Par contre, on y reconnaît bien la description de 1690 retranscrite par Lambot et Close.

    En outre, je me rends compte que je n’avais pas encore consulté la carte Ferraris de Gilly et, en fait, en 1770 il y a énormément de houillères autours de cette limite entre Gilly et Montignies (plus qu’ailleurs).

    Du coup, sur ta carte (et sur Google map, du coup), je vois que la rue Warmonceau commence à Lodelinsart, longue la limite Gilly/Charleroi et a un coude qui « entre » dans Montignies, ce qui ne fait plus de lui la limite entre les entre Gilly et Montignies alors qu’il y a des sentiers (comme le « sentier de la limite ») qui sépare les deux villages et qui ressemble plus au Warmonceau de l’époque, À mon humble avis, le Warmonceau-sous-Gilly (appellation que l’on trouve dans les description du XVIIème) a du changer de trajectoire au fil du temps. Et, au temps où il formait la limite, il a dû aussi s’appeler Terril-sous-Gilly.

    Par hasard, de tes pérégrinations, aurais-tu le souvenir de la présence d’une chapelle (chapellerie Notre-dame décrite au XVIIème) et/ou d’une rivière, d’un ru ou d’un reste de rivière (le rieu de Villers) ?

    en réponse à : Points cardinaux inconnus sur un acte de partage de propriété #2613

    Frédéric FAUX
    Participant

    Flûte j’ai essayé quelque-chose que je n’ai pas pu modifier :

    Documents et rapports de la Société paléontologique et archéologique de l’arrondissement judiciaire de Charleroi. N°13 (1884)

    https://archive.org/details/documentsrappor16belgoog/page/n191

    page 162

    en réponse à : Points cardinaux inconnus sur un acte de partage de propriété #2612

    Frédéric FAUX
    Participant

    Je suis désolé de répondre à mes propres messages, mais je ne peux pas modifier ceux que j’ai déjà écrits.

    J’ai trouvé ceci :

    [url=https://archive.org/details/documentsrappor16belgoog/page/n191]Documents et rapports de la Société paléontologique et archéologique de l’arrondissement judiciaire de Charleroi. N°13 (1884)[/url]

    Page 162.

    Pour rintelligence de ce qui va suivre je crois utile de faire
    remarquer que :

    Scors, Schors Scorcevaux, Escorcevaux etc., signifient Couchant ou Ouest.

    Wevre, signifie Levant ou Est.

    Vent, signifie Midi ou Sud.

    Bise, Bize, signifient Nord ou Septentrion.

    M. Vanspilbeeck.

    en réponse à : Points cardinaux inconnus sur un acte de partage de propriété #2611

    Frédéric FAUX
    Participant

    Bonjour,

    décidément, ce dictionnaire de Léon Roy, cet outil qui semble être un vrai miracle et que je désespère trouver un jour, m’aurait une fois de plus sorti d’affaire.

    Merci de votre aimable réponse, j’y trouve la solution à mon problème et le courage de continuer à chercher après cet ouvrage.

    Frédéric FAUX

    en réponse à : Points cardinaux inconnus sur un acte de partage de propriété #2607

    Frédéric FAUX
    Participant

    Alors, il semblerait que cela soit de « Weure » et pas de « Meure ». De plus on utilise aussi d’ « Escors ». Mais pour ces deux mots qui semblent d’usage dans le Hainaut (ou dans le comté de Namur) je n’ai encore aucune idée de signification.

    J’ai modifié la retranscription au dessus.

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)